• Belgojam 2020

Nous avons besoin d’écologie intégrale !

Article inspiré d’une conférence du philosophe Xavier Müller (à écouter sur https://rcf.fr/actualite/societe/pour-une-ecologie-humaine-xavier-muller) et de l’encyclique du Pape François Laudato Si’.


Le Belgojam qui se prépare et la crise écologique à laquelle nous faisons face aujourd’hui, sont l’occasion de tester la cohérence de notre scoutisme avec la nécessité de promouvoir une écologie intégrale, à laquelle nous invite vivement le pape François dans son encyclique Laudato Si’.


Contexte

De nombreux historiens considèrent que nous fermons la parenthèse d’une période de 5 siècles (de la Renaissances à aujourd’hui) qu’ils appellent la modernité, pour aller vers la postmodernité.

La modernité a apporté beaucoup à l’humanité en termes de progrès (révolution industrielle) et de bien-être. Cependant, on observe également certaines conséquences négatives : sur le plan environnemental les revendications écologistes en témoignent. Sur le plan philosophique, la raison humaine a voulu exclure tout ce qu’elle ne pouvait pas dominer ou comprendre par elle-même. Notamment le concept de nature. L’homme moderne a du mal avec ce qui lui échappe, y compris sa propre nature humaine. Or le mot nature vient du latin natura, qui signifie « ce qui naît », c’est-à-dire « ce qui ne dépend pas de nous ». Nous ne sommes pas maîtres de la nature : nous ne créons pas la vie, nous la transmettons ; nous ne nous sommes pas faits nous-même (notre nombril nous le rappelle).

Aujourd’hui la technique nous permet d’être maître et possesseur de la nature. Cependant, nous sommes confrontés aux limites de la société industrielle, du consumérisme et du tout économique. Nous voyons bien que la surconsommation ne remplit pas le coeur de l’homme. En découle la crise écologique que nous vivons actuellement.


Pourquoi se préoccuper de la nature ?

C’est notre vocation d’homme créée à l’image de Dieu : nous devons cultiver et garder la nature qui nous est donnée (Gn, 2, 15). Or s’il y a un don, il y a un donateur. Nous sommes invités à nous convertir par l’écologie en respectant ce cadeau pour son Créateur. La nature elle-même n’est pas parfaite car elle est marquée par le péché originel. Elle a ses lois et sa logique propre, mais elle nous précède et nous sommes appelés à la prolonger.

Attention, nous ne devons pas tomber dans certains pièges :

- L’indifférence : prenons conscience du don qui nous est fait. Nous avons tous une mission dans laquelle nous pouvons intégrer les enjeux écologiques ;

- Le découragement : saisissons cette occasion de changement en nous appuyant sur nos ressources spirituelles pour répondre au don en allant jusqu’au don de soi. « Le refroidissement spirituel est encore plus grave que le réchauffement climatique » (Pape François) ;

- L’idolâtrie de la nature, qui considère que l’homme est le plus grand prédateur. Cette vision peut s’avérer anti-humaniste ;

- L’égoïsme bobo (bourgeois bohême), qui consiste à s’occuper de la nature pour son propre bien-être uniquement. Cette vision risque de mener à un repli sur soi ;

- Le pessimisme de la théorie de l’effondrement (collapsologie) qui annonce une fin absolue où la nature se retourne contre nous. Or, nous les chrétiens, nous attendons l’Apocalypse dans l’espérance car le monde actuel fera place à un monde nouveau, renouvelé, sans mal ni souffrance.

On observe un vrai désir et un besoin de se reconnecter à la création et à la nature humaine dans toutes ses dimensions (corps, intelligence, esprit, âme). L’écologie doit prendre en compte toutes cela, y compris l’éthique. C’est ce que propose l’écologie intégrale !


Qu’est-ce que l’écologie intégrale ?

C’est une écologie qui prend en compte la nature physique et métaphysique, ainsi que ses limites. Elle n’est pas matérialiste. Cette écologie accepte l’idée que la nature est un don dont nous avons la garde et auquel nous sommes invités à répondre en allant jusqu’au don de nous-mêmes. Elle remet l’homme au coeur de la Création. Les écolos cohérents sont attachés au monde d’aujourd’hui tout en sachant que c’est une réalité qui passera tôt ou tard. Ils parviennent à garder un regard d’espérance et à relativiser les enjeux environnementaux, pour les intégrer dans une écologie humainequi prend en compte les exigences de charité et de justice sociale.

Nous devons « écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres » (Pape François – Laudato Si’)


Et le scoutisme dans tout ça ?

La pédagogie scoute a bien intégré le fait que la nature fait partie du développement de l’homme, y compris de son intériorité. A travers la beauté elle communique directement avec nous. L’homme est bien le seul être vivant à s’émerveiller devant un beau paysage !

La vie simple, au grand air, dans la nature, fait partie de notre scoutisme. Dans son encyclique, le Pape François nous invite à une vie plus sobre et cohérente et surtout à développer notre vie intérieure en prenant garde à toutes les stimulations auditives et visuelles de notre environnement.

« Ce sont les déserts intérieurs qui conduisent la multiplication des déserts extérieurs » (Pape François)


Quelques pistes

- Inspirons-nous de St François qui pratiquait une écologie intégrale exemplaire : ouvert à la beauté de la nature (cf. Cantique Laudato Si’, mi’ Signore) et orientant sa pauvreté vers la charité et le partage.

- Regardons le film « Demain » : optimiste et positif, ce film nous montre que nous pouvons tous agir tous là où nous sommes, dans notre domaine de compétence. La société se transforme en passant par la transformation de chacun de ses membres.

- Reconnectons-nous : mangeons local, de saison, moins de viande, plus sain, arrêtons d’acheter des déchets (emballages), etc…

Le pape nous appelle au changement, suivons-le !


Prière pour notre terre

Dieu Tout-Puissant

qui es présent dans tout l’univers

et dans la plus petite de tes créatures,

Toi qui entoures de ta tendresse tout ce qui existe,

répands sur nous la force de ton amour pour que nous protégions la vie et la beauté.

Inonde-nous de paix, pour que nous vivions comme frères et soeurs

sans causer de dommages à personne.

Ô Dieu des pauvres,

aide-nous à secourir les abandonnés

et les oubliés de cette terre qui valent tant à tes yeux.

Guéris nos vies,

pour que nous soyons des protecteurs du monde

et non des prédateurs,

pour que nous semions la beauté et non la pollution ni la destruction.

Touche les coeurs

de ceux qui cherchent seulement des profits aux dépens de la terre et des pauvres.

Apprends-nous à découvrir la valeur de chaque chose, à contempler, émerveillés,

à reconnaître que nous sommes profondément unis

à toutes les créatures sur notre chemin vers ta lumière infinie.

Merci parce que tu es avec nous tous les jours.

Soutiens-nous, nous t’en prions, dans notre lutte pour la justice, l’amour et la paix.


L’équipe Laudato Si’ du Belgojam

Reyn

Benoît

Margaux

Membre de la

© 2019 by ESG-B GSE-B

  • Facebook Social Icon
  • YouTube